Hommage à Cherif Guellal

Hommage à Cherif Guellal

Un brillant (oncle et frère) diplomate algérien meurt dans l’anonymat (l’amour de ses proches)

1 appréciations
Hors-ligne



Tout d’abord, je me permets de vous présenter toutes mes condoléances pour la perte de cet algérien glorieux et attaché à son pays et un père qui a su inculquer l’amour de son pays à ses enfants, puisqu’il a quitté ce monde bas tout en restant dans son pays et cela malgré que le pouvoir algérien n’a pas su le reconnaitre au moment où les journaux américains l’on vénéré de New-York à Los Angeles car ils ont su reconnaitre ses qualités d’un homme honnête, qui a consacré toute sa vie à son pays. Sachez que c’est la première fois de mes 50 ans, que j’ai pleuré avec des larmes une personne que je connaissait pas du tout et que j’ai eu connaissance suite à sa mort par le biais ce cet article et de découvrir par la suite son statut aux Etats Unis d’Amériques à travers le « Washington Post » et le « Los Angeles Times ». Je prie Dieu "Allah" de l’accueillir dans son Paradis de l’au-delà car des hommes comme votre père sont devenus rares en Algérie au temps de sa fakhamatouhou et ses spires et peut importe que le quotidien d’El Moudjahid n’a pas fait de sa mort la une et qu’il s’est contenté de transmettre juste l’information pour vénérer la réélection de sa fakhamatouhou, alors sachez que nous sommes tous en tant que citoyens algériens, fière de savoir qu’un algérien comme votre père a pu existé durant la période postcoloniale et a su laisser une image inoubliable au sein du pays d’Obama même si au sein de son pays sous Boutef a été ignoré même le jour de sa mort car Allah ne fait pas perdre la récompense de ceux qui ont fait du bien.


Dernière modification le 21-04-2009 à 11:43:47

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres